7 aliments très mauvais pour votre cerveau

1 de 9

Le vieillissement n’épargne aucun organe du corps et notamment le cerveau qui peut y être, prématurément, exposé. Mal entretenu, toutes ses facultés s’amoindrissent provocant, ainsi, fatigue, perte de concentration, dépression, baisse de la mémoire… Avec le temps, vous risquez même d’avoir certaines formes graves de dégénérescence, si vous persistez à consommer tout ce qui peut accélérer son déclin.

Il n y a pas mieux qu’une alimentation saine pour stimuler votre cerveau. Si certains aliments apportent des nutriments bénéfiques pour sa santé, d’autres sont à éviter pour prévenir les maladies qui le touchent. Voici 7 aliments à consommer avec la plus grande modération pour une santé cérébrale sans faille.

2 de 9

Le thon

C’est un produit à consommer sans excès pour ne pas risquer une intoxication au mercure dont regorgent les océans. Compte tenu du fait que ce poisson en est gravement contaminé, il serait judicieux de limiter sa consommation pour éviter les dommages sur le cerveau. Sur le long terme, ce métal lourd contribue au développement de la maladie d’Alzheimer, de l’autisme chez les fœtus, de déficits de l’attention… Optez plutôt pour le saumon, la sardine et le maquereau dont le taux de mercure est assez faible et qui sont riches en oméga­-3.

3 de 9

L’huile partiellement hydrogénée

Une série d’aliments sont bourrés d’huile hydrogénée, parmi eux : la margarine. Qui dit huile hydrogénée, dit gras trans non seulement vecteurs d’obésité et de maladies cardiaques mais aussi de dégâts graves touchant le cerveau comme la maladie d’Alzheimer. Pour vous protéger, allez-y mollo sur les fritures, les pâtisseries et tous les aliments transformés.

4 de 9

Les sucres ajoutés

Ce sont de véritables poisons blancs. C’est bien connu. Une consommation excessive pourrait provoquer une augmentation de l’insuline et occasionner des dommages touchant les neurones et les vaisseaux. S’empiffrer de sucre pourrait aussi provoquer une inflammation du centre de contrôle de la mémoire du cerveau. Ce dernier sera dans l’incapacité de tourner à plein régime.

5 de 9

Le fructose

Les rats de laboratoire ayant consommé beaucoup de fructose sont moins débrouillards et ont des difficultés à trouver leur chemin dans les labyrinthes que ceux qui en ont moins consommé. Cela prouve que la consommation excessive de cet aliment endommage la partie du cerveau responsable de la pensée et de l’apprentissage. Maintenant que vous savez à quoi vous en tenir, donnez moins de sucreries à vos enfants pour éviter un éventuel déclin scolaire. Vous pouvez, par contre, vous régaler de fruits qui en contiennent naturellement et qui ont le mérite de ne pas provoquer de dégâts sur le cerveau.

6 de 9

Les aliments riches en sodium

Cela ne sert à rien de diminuer votre consommation de gras trans, saturés ou de sucre si vous ne modérez pas votre consommation de produits riches en sodium qu’on trouve naturellement dans presque tous les aliments. Les produits industriels, eux, en contiennent dans des quantités qui dépassent les normes. Sachez que le sodium est mauvais pour la pression artérielle et son impact est intimement lié à la santé du cœur. Une hypertension peut être responsable de complications cérébrales de type neurologique survenant à l’intérieur des vaisseaux du cerveau et pouvant conduire à la mort ou causer des séquelles irréversibles.

7 de 9

La restauration rapide

Un réel fléau moderne qui regroupe de nombreux produits nocifs pour la santé du cerveau. Gras trans, gras saturés, sodium, sucre et farine raffinés… La liste des produits à éviter est longue et n’en finit pas. Selon quelques recherches, les personnes qui consomment régulièrement des produits de la restauration rapide courent 40 % plus le risque d’avoir une dépression nerveuse.

8 de 9

Le fer et de cuivre

L’automédication et l’auto supplémentation sont très déconseillées par les médecins. La prise de suppléments en fer et en cuivre n’est nécessaire que lorsque nous souffrons de carences avérées et constatées par les professionnels. Un excès de fer ou de cuivre peut être responsable de troubles graves de la santé. Une augmentation du taux de fer dans le cerveau augmente le risque d’avoir la maladie de Parkinson selon des chercheurs français. Quant à l’excès de cuivre, il est pointé du doigt dans la maladie d’Alzheimer.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.