Critiquée sévèrement pour son corps, elle adresse un message très éloquent !

Elle s’appelle Emily Bador et elle est un mannequin londonien très engagé dans la cause féminine. La jeune fille de 20 ans en a ras le bol de tous ces diktats et autres standards de beauté imposés aux femmes.

Étant une militante pour le body-positivisme, elle a posté dernièrement une photo sur Instagram qui est brutalement honnête, où on la découvre avec des poils et des bourrelets apparents, une acné non dissimulée par le maquillage et des cicatrices bien visibles. La jeune fille a accompagné cette photo d’un message très fort sur l’image des femmes.

Emily Bador, alias Darth Bador sur les réseaux sociaux, connaît très bien l’univers de la mode et de la beauté puisqu’elle en fait partie. Un univers qui impose des standards irréalistes qui mettent souvent en danger la santé de beaucoup de femmes qui essaient de les suivre.

Marre de tous ces diktats qu’on lui impose, la jeune anglaise a décidé aujourd’hui de les confronter. Et récemment, le mannequin a fait beaucoup parler d’elle en postant une photo d’elle, sur laquelle elle assume ses bourrelets, ses poils, ses cicatrices, ses boutons et appelle à en faire autant.

En effet, il y a quelques jours, Emily avait posté une photo d’elle sur Instagram pour soutenir les couples touchés par l’infertilité.

@wearethepantsproject are a helping to raise awareness and money for The Fertility Network UK. Run by an amazingly strong 19 year old woman, Natasha Bishop (who has had her own issues surrounding fertility), the Pants Project sell gorgeous knickers and shine a light on infertility. 1 in 6 couples in the U.K. stuggle to conceive, and with the NHS already under pressure money wise, many people don't receive any help at all. ✨ the Pants Project are holding an amazing auction on Feb 14th (I will be there!) selling gorgeous lingerie all to support this cause. Go check them out and get a ticket. If not, buy some new pretty pants, or give em a follow ??☺️ (soz if this wasn't that articulate and the pic is irrelevant, I'm super tired!)

A post shared by e m i l y bador (@darth_bador) on

Sur la photo, on la voit porter un débardeur blanc et laissant apparaître ses aisselles non-épilées. Une chose qui a engendré une vague de critiques, auxquelles elle a répondu, en publiant une nouvelle photo d’elle où elle affiche fièrement toutes ces « imperfections » que l’on reproche aux femmes. La photo a été accompagnée d’un message très éloquent :

You don't owe it to anyone to be perfect. You are not less worthy because you don't have a flat stomach. You are not less valid because you don't shave your armpits. You are not less beautiful because of your scars, stretch marks, eczema, acne. I'm just so sick and tired of the objectification of women's bodies and how it's seemingly ok to dictate a woman's worth based on what she looks like. If you give a shit that I or anyone else has stomach rolls, scars, eczema, armpit hair, etc then I have less than no time for you ✨ bored of hatred tbh ☺️ (this also obviously applies to men, and those who don't conform to gender binary stereotypes too, inclusivity and intersectionality is key ??) (yo feeling v body positive atm, and like I know it might seem easy for me to say as a white passing, averaged sized, model so yaknow but if you've followed me for a while you'll know that I really struggle with my appearance and like I dunno it's just a start of normalising things??? also any hatred will result in instant block looool)

A post shared by e m i l y bador (@darth_bador) on

 

« Vous ne devez à personne d’être parfaite. Vous n’avez pas moins de valeur parce que vous n’avez pas un ventre plat. Vous n’êtes pas moins regardable si vos aisselles ne sont pas épilées. Vous n’êtes pas moins belle à cause de vos cicatrices, vergetures, eczéma, acné. J’en ai vraiment ras le bol de la chosification du corps des femmes et de la manière dont on définit leur valeur selon leur apparence. Si ça vous fait ch*** que moi ou une autre personne ait des bourrelets sur le ventre, des cicatrices, de l’eczéma, des poils sous les aisselles, etc., alors je n’ai plus de temps à vous consacrer. J’en ai marre de cette haine, pour être honnête. (cela s’applique également aux hommes et ceux qui ne sont pas conformes aux stéréotypes binaires de genre, l’inclusion et l’intersectionnalité sont la clé); (je me sens ‘body positive’ en ce moment et comme je sais que cela peut paraître simple pour moi de le dire, puisque je suis un mannequin de peau blanche, de taille moyenne, mais vous savez, si vous me suivez depuis un moment, vous saurez toutes les difficultés par lesquelles je suis passée concernant mon apparence et j’aimerais que les choses commencent à se normaliser à ce sujet. »

my make up is badly applied but that's ok and sometimes u just gotta rock it ❤️

A post shared by e m i l y bador (@darth_bador) on

 

  Emily Bador a expliqué également qu’en 2015, elle était un peu grosse et souffrait de crises d’angoisse violentes. À chaque fois qu’elle n’était pas retenue lors d’un casting, elle se demandait si c’était à cause du fait qu’elle était trop grosse. Cette mauvaise image d’elle-même l’a toujours hantée. Mais aujourd’hui Emily a appris à s’accepter et à s’aimer telle qu’elle est et elle nous invite à faire autant.

 

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.