Elle dénonce le harcèlement dans les rues avec des selfies pris avec ses harceleurs

1 de 5

Le harcèlement dans les rues est un véritable fléau partout dans le monde. En effet, les filles sont de plus en plus victimes, dans les espaces publics et semi-publics, de comportements irrespectueux, humiliants, menaçants et insultants.

Contre des lois qui ne protège pas vraiment ces victimes et entre les pensées sexistes de la société, les victimes des harcèlement de la rue ne savent souvent pas quoi faire dans ce genre de situation et se contentent d’éviter leurs harceleurs.

Mécontente de ce qui se passe autour d’elle et lassée de cette situation, une étudiante néerlandaise a préféré dénoncer ces attitudes irrespectueuses envers les filles d’une manière assez singulière : prendre des selfies avec ses harceleurs et les afficher sur les réseaux sociaux.

2 de 5

Noa Jansma est une étudiante néérlandaise âgée de 20 ans, qui habite à Amesterdam.

Marre d’être victime d’harcèlement dans la rue, elle décide de dénoncer ses harceleurs d’une manière bien insolite. En effet,  à chaque fois qu’une personne ou un groupe de personne l’harcèle, elle prend un selfie avec eux et le publie sur le réseau social Instagram.

Ainsi, pendant un mois entier, la jeune fille a posté les photos de ses harceleurs pour montrer la fréquence et le contexte dont lequel le harcèlement a eu lieu. La jeune fille a avoué que le fait d’ignorer ces harcèlements et de continuer sa route n’avait aucun effet sur ses harceleurs, c’est pourquoi elle a pensé à cette solution pour les dompter.

Nog een keer #dearcatcallers *psssssst, kissing sounds and whistling"

A post shared by dearcatcallers (@dearcatcallers) on

3 de 5

L’idée lui est venue alors qu’elle voyageait en train. Lors de son voyage, elle avait surpris deux jeunes hommes en train de la filmer tout en lui lançant des remarques sexuelles et irrespectueuses. Et c’est ainsi qu’elle a créé un compte sur Instagram, qu’elle a baptisé “dearcatcallers”. Durant un mois, elle a posté une vingtaine de photos où on la voit arborer une expression neutre et où ses harceleurs ont l’air très contents.

#dearcatcallers "hmmmm you wanna kiss?"

A post shared by dearcatcallers (@dearcatcallers) on

La jeune fille accompagne chaque photo postée avec une légende qui traduit les remarques reçues de la part de ces harceleurs. Des remarques qui sont souvent humiliants et insultants.

La jeune fille a également affirment que parmi tous ses harceleurs, un seul lui a demandé la raison pour laquelle elle souhaitait prendre un selfie avec lui. Les autres n’étaient pas du tout méfiants et ont accepté sa demande avec enthousiasme.

 

#dearcatcallers "Babyyyyyyyy! THANKYOU" *blowkiss* (slide ➡️)

A post shared by dearcatcallers (@dearcatcallers) on

4 de 5

La jeune fille a admis également qu’il lui arrive des fois de poster des photos et de les supprimer après car certains remarques sont ambiguës et il lui est difficile de savoir s’il s’agit d’un compliment ou d’une remarque sexiste.

La jeune fille a arrêté de poster ces photos et souhaite passer le relais à d’autres jeunes filles, de partout dans le monde, pour qu’elles puissent elle aussi, dénoncer leurs harceleurs.

#dearcatcallers

A post shared by dearcatcallers (@dearcatcallers) on

A Amsterdam, d’où la jeune fille est originaire, le harcèlement de rue sera puni, à partir du premier janvier prochain, d’une amende de 190 euros. Mais pour la jeune fille,  même si cette nouvelle loi est une bonne démarche, elle ne sera pas facile à appliquer et ne changera malheureusement pas grand chose.

5 de 5

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.