Se plaindre continuellement est dangereux pour la santé mentale

Des recherches scientifiques approfondies sur la neuroplasticité montrent que le fait de se plaindre régulièrement dégradait la santé mentale en ce que ça induit à une perception négative de l’environnement autour de soi. 

Michael Merzenich, un neuroscientifique américain et professeur de l’université de Californie à San Francisco, a assimilé le cerveau humain à une boule de pâte à modeler. D’après ses travaux sur la plasticité du cerveau, il en ressort que le cerveau humain s’adapte aux situations de la même façon qu’une pâte à modeler est malléable. Ainsi, plus une personne se plaint, plus elle habitue son cerveau à ne voir que du noir partout autour d’elle.

En d’autres mots, il est scientifiquement prouvé qu’être grincheux quotidiennement nous gâche la vie et nuit à notre santé.

Les plaintes amenuisent l’espoir et favorisent la dépression

Se plaindre continuellement est dangereux pour la santé mentale 4

En assimilant le cerveau à une pâte à modeler, les scientifiques veulent révéler l’importance de la qualité de nos habitudes. De la même manière qu’une pâte à modeler s’adapte à une forme précise, c’est aussi comme ça que nous formons notre cerveau à emmagasiner certains comportements. Plus ils sont mauvais, plus ils vont altérer nos pensées, nos actions, notre énergie et rapports sociaux. 

 Plus on voit des problèmes autour de nous, plus on va déprimer et moins on envisage des solutions. Autrement dit, les plaintes affectent négativement le moral et nous font sombrer davantage. C’est la même chose qui se produit lorsqu’on brûle de colère. 

Faire la gueule expose à la solitude

Se plaindre continuellement est dangereux pour la santé mentale 5

Les pleurnichards sont souvent de mauvaise humeur et fermés d’esprits. Ils ne savent pas toujours apprécier les conseils des autres à leur égard. Ils voient difficilement les choses du bon côté, ce qui n’est pas le cas des autres. 

Robin Kowalski, psychologue émérite a spécialement dédié une oeuvre portée sur les personnes qui râlent et se plaignent quotidiennement: Complaining, what’s all the fuss about? 

D’après ses analyses, ceux qui passent le temps à se plaindre s’attendent à recevoir de l’empathie et du soutien de leurs proches. Cependant, quand ces derniers  vont dans un autre sens, ils se braquent. De ce fait, ils finissent par se retrouver seul, au motif d’être toujours incompris selon eux.

 Un entourage toxique en cause

Se plaindre continuellement est dangereux pour la santé mentale 6

Les scientifiques avancent également que le fait d’être entouré de personnes négatives affecte aussi nos émotions.

En s’entourant des personnes qui pleurnichent pour tout le temps pour un oui ou pour un non, nous finissons par leurs ressembler. De la même façon l’empathie nous amène à nous mettre à la place des autres et à partager ce qu’ils ressentent, c’est aussi comme ça que la négativité des autres nous influence. Sans s’en rendre compte on devient aussi pleurnichard et aigri qu’eux. 

Pour restaurer notre joie de vivre et cultiver la positivité, on doit choisir notre entourage avec soin et s’associer aux personnes plus joyeuses et souriantes. Plus on voit les choses du bon coté, moins on s’afflige devant les coups durs. La positivité est telle qu’elle combat efficacement le stress en nous, ennemi de notre bien-être psychologique et physique. 

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.