Se plaindre continuellement est dangereux pour la santé mentale

Les plaintes amenuisent l’espoir et favorisent la dépression

En assimilant le cerveau à une pâte à modeler, les scientifiques veulent révéler l’importance de la qualité de nos habitudes. De la même manière qu’une pâte à modeler s’adapte à une forme précise, c’est aussi comme ça que nous formons notre cerveau à emmagasiner certains comportements. Plus ils sont mauvais, plus ils vont altérer nos pensées, nos actions, notre énergie et rapports sociaux. 

 Plus on voit des problèmes autour de nous, plus on va déprimer et moins on envisage des solutions. Autrement dit, les plaintes affectent négativement le moral et nous font sombrer davantage. C’est la même chose qui se produit lorsqu’on brûle de colère.