Les OGM sont-ils VRAIMENT nocifs ? 

1 de 5

Selon les études scientifiques : non ! Vous l’avez certainement déjà remarqué, l’agriculture Bio a le vent en poupe depuis quelques années maintenant. Impossible de faire vos courses sans remarquer sur les étals et dans les rayons, la présence de produits classiques faisant face à leurs homologues Bio et à côté de ces deux types d’aliments trône une troisième catégorie : les OGM. Actuellement, de plus en plus de médecins commencent à conseiller la consommation d’aliments non-traités et naturels appliquant ainsi le principe de précaution de base : quand on ne connait pas l’impact santé d’un produit ou de quelques substances chimiques, il vaut mieux les éviter. Pourtant de nombreuses études scientifiques ont démontré que les OGM (et non pas les aliments traités) sont loin d’être aussi toxiques que ce qu’on pourrait le penser. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser de plus près aux OGM d’un point de vue alimentaire.

Pour tous ceux qui se posent des questions sur la nature même de ces OGM, sachez que ces aliments génétiquement modifiés ont subi (comme l’indique leur nom) des réajustements génétiques par l’Homme pour acquérir de nouvelles caractéristiques : poisson plus grand, tomate plus rouge, orange plus goûteuse, nouvelle variété de fruits et légumes… Ce ne sont pas les exemples qui manquent pour illustrer les changements opérés au jour d’aujourd’hui. La problématique se pose quand il s’agit de déterminer si ces modifications profondes entraînent un quelconque impact sur la santé des consommateurs et sur la biodiversité. A côté de ces considérations, intervient également la dimension éthique de la question : A-t-on le droit de modifier des organismes vivants aussi impunément ? Les avis ne manquent pas sur le sujet et les positions divergent pour aller du refus à l’acceptation en passant par l’indifférence la plus totale. Pourtant, il serait temps de vous poser pour décider si ces OGM sont vraiment aussi nocifs que supposés ou bien si les changements opérés sont, au contraire, les bienvenus.

Pour certains, les OGM peuvent être bio si les conditions de production répondent aux normes agréés. Pour d’autres, les termes OGM et Bio divergent forcément puisque la culture Bio repose sur le fait de produire des aliments qui sont à 100% naturels : pas de pesticides, pas d’additifs dans le terreau, pas de changements au niveau du patrimoine génétique. D’ailleurs la terre même de ces agricultures doit être exempte de tout élément pouvant annuler le concept même du Bio. Hors des OGM ont forcément subit à un moment ou un autre des modifications génétiques qui pourraient par la force des choses imprégner durablement les champs agricoles.

Les OGM sont presque diabolisés en ce moment et de plus en plus de personnes commencent à les boycotter. Sont-ils vraiment nocifs pour la santé ? INFO ou INTOX ? Voici ce qu’il y a à savoir sur le sujet !

2 de 5

Le Bio existe-t-il toujours ?

les-ogm-sont-ils-vraiment-nocifs-bio

Pensez-vous qu’il existe des aliments qui sont foncièrement Bio ? Savez-vous qu’en France, il n’est obligatoire de citer la présence des OGM que si la concentration excède les 0.9% ? Du coup, il n y a pas vraiment d’aliments Bio à 100%… La possibilité que des OGM se soient glissés dans la composition est réelle même si c’est à doses minimes.

Il y a environ 8000 ans, l’homme a procédé à des ajustements pour tirer le plus possible de profit des terres qu’il exploitait. La manipulation des organismes vivants pour un but alimentaire ne date donc pas d’hier puisque certains aliments considérés Bio ou naturels en ce moment n’existaient pas initialement dans la Nature. Certes, nous ne pouvons pas comparer les modifications basiques faites à l’époque avec les changements d’ordre génétique opérés actuellement, mais cette information est à prendre en compte. Maintenant, passons à l’expansion de la culture OGM.

C’est en 1980 que la science a produit pour la première fois un OGM. En 1994, les premiers plants sont commercialisés. Ce n’est qu’en 1996 que l’agriculture en plein champs des OGM observe une croissance exponentielle. Et durant les années qui suivent, cette activité ne cesse de grandir. En 2010, près de 1 milliard d’hectares de champs ont produit des OGM (principalement du maïs). Alarmants, vous ne trouvez pas ? Petit à petit, les terres Bio cèdent la place au profit de la culture OGM puisque cette dernière permet l’atteinte des objectifs souhaités : produire toujours plus, plus vite et à moindre coût. Vous vous demandez certainement, comment les chercheurs sont arrivés à produire des plantes ou des animaux plus forts, plus nourrissants et tellement plus imposants. Eh bien, ils les ont tout simplement modifiés dans un laboratoire pour qu’ils soient résistants aux maladies, pour qu’ils grandissent plus vite, pour qu’ils gagnent en volume et pour qu’ils soient insensibles aux pesticides que les agricultures utilisent quasiment comme eau d’arrosage. Des organismes vivants ayant subi de telles modifications peuvent-ils toujours prétendre être sains pour le corps ? C’est justement la question que se posent les consommateurs les plus avertis !

3 de 5

Quelles sources d’inquiétude ?

les-ogm-sont-ils-vraiment-nocifs-inquietudes

En changeant génétiquement les végétaux et les animaux pour leur donner de nouvelles propriétés curatives, les chercheurs ne détruisent-ils pas leurs bienfaits naturels ? Par exemple, en modifiant la structure génétique du riz pour qu’il produise de la vitamine A, cela a-t-il un quelconque impact sur ses qualités nutritionnelles naturelles ? L’inquiétude des consommateurs est de plus en plus importante, les avis divergent : il n y a pas vraiment de réponses à la question. Certains s’interrogent même sur les effets de ces mutations génétiques sur le corps humain après une consommation assidue et régulière. En effet, si nous prenons l’exemple de ces plantes capables de produire leur propre pesticide. Sur le coup, l’idée parait très bonne puisqu’elle permet de protéger les champs et les nappes phréatiques des insecticides. Regardons maintenant le problème d’un autre point de vue : une plante capable d’auto-produire son propre pesticide ne doit pas être saine, ni bonne pour le corps humain. Elle pourrait même être beaucoup plus nocive qu’une plante classique.

Du côté des animaux, c’est le même type de constat qui s’impose. En effet, avec toutes les hormones de croissance injectées aux animaux dans les élevages, il y a de très fortes chances de les retrouver dans nos assiettes et que notre corps pâtisse de leurs effets nocifs. C’est le cas, par exemple, pour le panga (poisson) qui atteint sa taille adulte à 6 mois au lieu des 3 ans habituels ou encore du mode même de reproduction de ce poisson en captivité (injection d’hormone HCG) pour booster la ponte des œufs !

De plus, avec l’expansion de la culture OGM, on voit de plus en plus disparaître les champs agricoles bio ou classiques. Au fil du temps qui passe, il est fortement possible que certaines variétés de fruits et légumes et certaines races d’animaux non modifiées disparaissent pour être définitivement remplacées par des OGM.

4 de 5

Qu’en disent les scientifiques ?

genetic experiment

Si les interrogations se démultiplient, les scientifiques essayent de démontrer qu’il n y a aucun mal à consommer des OGM puisque la modification de gènes végétales ou animales ne peut avoir aucune incidence sur le patrimoine génétique humain. Pourtant, les dernières découvertes scientifiques prouvent le contraire puisque :

  • Des rats consommant exclusivement du maïs traité génétiquement ont développé pour la plupart des tumeurs
  • De nombreuses personnes consommant des OGM ont commencé à développer de plus en plus de problèmes intestinaux et d’allergies

En effet, à chaque fois que vous consommez des OGM, ces aliments vont modifier la nature même des bactéries intestinales se trouvant naturellement dans votre estomac. Du coup, votre corps sera complètement déséquilibré et vous courrez le risque de contracter des maladies étroitement liées à la fonction digestive ou même de voir apparaître des allergies dont vous ne souffriez pas auparavant. S’il a été démontré que le lait est extrêmement mauvais pour la santé, c’est pour une grande part à cause des traitements génétiques et médicamenteux administrés aux vaches laitières afin d’agrandir et d’optimiser leur rendement en lait. Alors comment la consommation d’OGM pourrait-elle n’avoir aucune incidence sur le corps humain ?

En créant des plantes capables de générer elles-mêmes leur propre pesticide, nous courrons également le risque de voir apparaître des insectes mutants à l’immunité surdéveloppée pour résister aux nouvelles variétés de pesticides et d’insecticides utilisés actuellement. Ces insectes peuvent mettre à mal le restant des cultures bio ou classiques puisqu’ils risquent de transporter une partie de ces OGM vers des champs certifiés Bio et naturels. C’est le cas, par exemple pour les abeilles qui butinent le pollen et qui peuvent le répandre dans un rayon de 21 km.

5 de 5

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.