La tocophobie ou la peur de l’enfantement: entre angoisse et maternité

La tocophobie est un trouble anxieux caractérisé par une peur terrorisante d’être enceinte ou d’enfanter. Naturellement, toutes les femmes sont stressées par rapport à l’évocation d’une grossesse ou l’arrivée d’un bébé. Il est tout à fait normal d’appréhender cet instant pour les futures mamans. Cependant la tocophobie est beaucoup plus intense, plus profonde que ça si bien qu’elle déclenche chez les personnes touchées par cette pathologie des crises de panique, d’insomnie et de cauchemars. La tocophobie est un mal peu ou mal connu de certaines femmes. La peur dépressive de l’accouchement, d’avoir mal, de mourir sont autant de facteurs qui favorisent cette pathologie qui peut avoir certaines conséquence tant chez la future maman que chez le bébé à venir. Certaines femmes préfèrent ainsi renoncer à la maternité à défaut de surpasser cette angoisse. Rouge framboise vous en dit un peu plus désormais pour mieux comprendre de quoi il est question.

Des variantes selon chaque femme

La tocophobie ou la peur de l’enfantement: entre angoisse et maternité 4
Source : https://www.bambino.si/strahovi-v-nosecnosti.html

La tocophobie se manifeste différemment selon chaque femme. Elle peut être la résultante d’un traumatisme pré ou post-natal. Elle s’explique par plusieurs facteurs d’ordre social, physique et culturel. On en distingue deux formes parmi les plus courantes: la primaire et la secondaire.

  • La tocophobie primaire est observée chez les femmes nullipares, c’est à dire chez celles qui n’ont jamais connu l’enfantement. Bien même que ces femmes manifestent le désire probant de mettre au monde, elles ont une peur panique de l’accouchement. La plupart du temps, elle se déclenche dès la tendre enfance et à l’adolescence. Ayant été exposées à des expériences négatives sur la grossesse et la maternité, elles en arrivent à développer une crainte vis à vis de cette question. Il en ressort également que la moitié des tocophobes soient des abusées sexuelles. La peur de l’accouchement s’expliquerait alors par le souvenir des douleurs vaginales ressenties lors du viol.
  • La tocophobie secondaire, pour sa part  concerne surtout des multipares, des femmes ayant déjà connu l’enfantement. Dans leur cas, elle développe cette peur pathologique suite à de mauvaises expériences post-natales: un accouchement difficile, un enfant mort-né, une fausse couche, un enfant handicapé… sont autant de facteurs qui déclenchent le baby blues.

Symptômes

La tocophobie ou la peur de l’enfantement: entre angoisse et maternité 5
Source : https://www.thesophian.com/features/2018/2/27/dear-sophian-loneliness-and-how-to-deal-with-it-in-college

Les troubles occasionnés par la tocophobie sont d’ordres multiples. Les femmes touchées sont exposées à des crises d’anxiété et de panique intense.

Elles développent plusieurs malaises à l’instar des insomnies et des crises de sommeil, des vomissements et des nausées, dépression prénatale, crises de larmes, prise de contraceptifs à répétition, refus d’accoucher par voie basse. Aussi l’on remarque que l’écart entre les maternités est très espacé à défaut du refus d’enfanter à nouveau.

Des conséquences non négligeables

La tocophobie ou la peur de l’enfantement: entre angoisse et maternité 6
Source : http://mobileidservices.com/

Les crises de tocophobie peuvent avoir un impact sur la santé et la stabilité émotionnelle chez la future maman et chez le nourrisson. Les femmes aux prises de tocophobie augmentent le risque de développer des dépressions post-natales. L’accouchement peut devenir très difficile à cause des angoisses et rendre le travail plus long et douloureux. Le risque le plus important est le manque d’attachement entre le bébé et la maman. Au pire des cas, les tocophobes demandent très souvent des arrêts volontaires de grossesse.

La tocophobie est un mal être qui interfère notablement sur les activités fonctionnelles de la future maman. Comme toutes les phobies, aussi difficiles soient-elles, elle peut être guérie à condition d’en parler avec son entourage, son gynécologue et son conjoint. Elle se traite  Le soutien psychologique de vos proche et l’empathie du corps médical vous aideront à mieux vivre cette étape importante de votre vie. Une meilleure psychothérapie aide au plus grand des cas à mener une grossesse et un accouchement harmonieux. Un enfant est une bénédiction et une source de joie pour le foyer, osez en parler pour surmonter vos craintes.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.