Ce que révèle votre couleur de cheveux sur votre santé !

Vous croyez qu’il suffit de changer de style, de coiffures ou de couleur de cheveux pour vous métamorphoser drastiquement ? Oh que non ! Certaines caractéristiques vous colleront inévitablement à la peau. Votre couleur de cheveux, par exemple, livre de nombreux indices liés à votre santé. Si vous vous posez la question sur le pourquoi du comment, notez tout simplement que ce sont vos gènes qui vous prédisposent à avoir les cheveux bruns, blonds ou roux. Et ce sont également vos gènes qui conditionnent votre capital santé. Selon les statistiques, les brunes (ou bruns) seraient plus accro à la nicotine que les autres. Les blondes seraient, par contre, très sensibles de la peau et les rousses ressentiraient la douleur avec plus d’acuité. INFO ou INTOX ? Personnellement, je me dis qu’il n y a pas de fumée sans feu et qu’il faut avoir toutes les cartes en main pour décider de croire (ou pas) certaines rumeurs ou suppositions. Si prendre certaines précautions dictées par notre couleur de cheveux peut réellement nous protéger de certains soucis de santé, pourquoi nous en priver ?

Voici ce que révèle votre couleur de cheveux sur votre corps !

Les brunes

votre-couleur-de-cheveux-en-dit-long-sur-votre-sante-brun

Votre couleur de cheveux vous joue de sacrés tours ! En effet, si vous avez une belle chevelure brune, vous êtes d’autant plus susceptibles de souffrir d’une perte de cheveux accrue. Selon certaines études, les femmes brunes ont beaucoup moins de cheveux que leurs homologues blondes ou rousses. Par contre, le poil est plus rêche et plus épais, ce qui donne une impression de volume. Du coup, pour peu que vous ayez une petite perte de cheveux, elle vous semblera plus importante vu votre capital capillaire assez réduit initialement. Si vous souffrez d’un problème de chute, n’hésitez pas à adopter ces astuces pour booster la pousse de vos cheveux.

Notez également que c’est la mélanine qui donne à votre crinière cette couleur riche et foncée. La mélanine est connue également pour son interaction avec la nicotine. En effet, elle ralentirait la métabolisation de la nicotine et l’emprisonnerait plus longtemps dans l’organisme. Du coup, une personne brune se retrouvera beaucoup plus rapidement dépendante à la nicotine qu’une blonde ou qu’une rousse. Aussi, pensez à consommer des aliments pour éliminer les traces de cette substance de votre corps.

Les blondes

votre-couleur-de-cheveux-en-dit-long-sur-votre-sante-blond

Eh bien, si l’excès de mélanine pose problème pour les brunes, sa faible présence cause des soucis aux blondes. Initialement, le rôle de ce pigment est fondamental pour le corps humain puisque c’est lui qui protège le corps des rayons ultraviolets, qui ralentit le processus de vieillissement de la peau… Plus une personne est brune, plus grand est le capital « Mélanine » dans le métabolisme. Le contraire est également vrai pour les blonds. Selon les statistiques, les détenteurs de cheveux clairs sont beaucoup plus fragiles que les autres car leur corps n’est pas armé pour combattre naturellement certains stimulus extérieurs. Il faut donc faire extrêmement attention en protégeant au maximum votre peau avec une crème à IP assez élevé et en surveillant de très près vos grains de beauté.

Si, en plus, vous avez des yeux clairs, vous devez vous montrer encore plus prudents. Ces deux caractéristiques physiques (blondeur, couleur d’yeux) constituent un terrain idéal pour le développement de maladies oculaires. Le simple fait de choisir de bonnes lunettes de soleil peut vous aider à diminuer les risques.

Les rousses

votre-couleur-de-cheveux-en-dit-long-sur-votre-sante-roux

Savez-vous que les rousses ont besoin de plus de produits anesthésiants que les blondes ou les brunes ? En effet, ce gène MC1R, qui attribue la couleur de cheveux rend les personnes rousses beaucoup plus « douillettes » puisqu’il stimule un récepteur cérébral lié étroitement à la sensibilité à la douleur. Pour autant, n’allez pas doubler les prises d’analgésiques quand vous en avez besoin.

Une étude menée à Harvard a démontré que les rousses courent plus le risque de développer des maladies dégénératives de type Parkinson que les autres personnes puisque le gène responsable de leur rousseur résulte d’une mutation génétique qui est, elle-même, étroitement liée à l’apparition de cette maladie.

Pour finir, le gène MC1R est encore une fois à pointer du doigt puisqu’il parasiterait la production des hormones anti-stress chez les rousses. Une donnée qui peut expliquer leur tempérament fougueux et leurs sautes d’humeur. Heureusement qu’il existe des techniques anti-stress efficaces pour pallier à ce manque.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.