Incroyable ! Cet homme est la deuxième personne au monde à être « guérie » du VIH

Récemment, un britannique séropositif a connu une rémission durable du VIH, le virus responsable du sida. C’est le deuxième cas au monde à être déclaré en rémission durable après le cas du « patient de Berlin » il y a 10 ans.

Le patient londonien est en rémission du virus depuis 18 mois sans traitement anti-viral et après une greffe de la moelle osseuse pour traiter son cancer.

Les experts ont salué la nouvelle et l’ont décrite comme une étape importante dans la lutte contre le VIH, mais ont averti que cela ne changerait pas beaucoup la réalité pour les 37 millions de personnes porteuses du VIH à travers le monde.

Outre le VIH, les deux hommes étaient à un stade avancé du cancer – le patient berlinois atteint de leucémie, le patient londonien atteint d’un lymphome de Hodgkin.

Pour eux, une greffe complexe et potentiellement mortelle de cellules souches était une tentative ultime de survie. Pour la plupart des autres, il s’agit d’une option inutilement dangereuse et improbable par rapport à la prise d’une pilule quotidienne qui détruit le virus et leur permet de vivre plus longtemps.

La greffe de la moelle osseuse a modifié le système immunitaire du patient londonien, lui donnant la mutation et la résistance du donneur.

Le patient a volontairement cessé de prendre des médicaments anti-VIH pour voir si le virus reviendrait – ce que les médecins ne recommandent généralement pas, car cela ne fonctionne plus depuis le cas patient de Berlin.

De plus, le cas du patient berlinois était légèrement différent: il avait cessé de prendre son traitement antirétroviral avant la greffe.

Les traitements antirétroviraux, pris quotidiennement, détruisent le virus pour prévenir une résurgence. Après six mois de traitement quotidien, la charge virale des patients est indétectable et, par conséquent, impossible à transmettre à quiconque.

Quelques semaines sans traitement antirétroviral et la plupart des patients voient leur charge virale monter en flèche. Mais ce n’était pas le cas pour le patient londonien.

Les tests ont non seulement révélé aucune trace du virus R5 mais également aucune trace du virus X4, un type de VIH associé à un autre gène.

Dix-huit mois plus tard et sans prendre d’antirétroviraux, le patient n’a pas été infecté par le VIH.
Bien que ce type de traitement ne soit clairement pas pratique pour traiter des millions de personnes dans le monde qui sont porteuses du virus du VIH, de tels résultats peuvent aider au développement d’un traitement curatif ultime du VIH.