Des images jamais vues auparavant révèlent comment la nature a repris son droit sur la zone d’exclusion de Fukushima