Des images jamais vues auparavant révèlent comment la nature a repris son droit sur la zone d’exclusion de Fukushima

En septembre dernier, Arkadiusz Podniesinski, un photographe polonais, a décidé de visiter la zone d’exclusion de Fukushima, soit plus de 4 ans après la catastrophe nucléaire. Après avoir obtenu un laisser-passer pour entrer les quelques 20 km de la zone d’exclusion, le photographe a découvert des paysages et des scènes dignes d’un film post-apocalyptique. En 1986, Podniesinski avait photographié auparavant la zone d’exclusion de Tchernobyl.

“Ce ne sont pas les tremblements de terre ou les tsunamis qui sont à blâmer pour la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, mais les humains”, écrit Podniesinski sur son site Internet.

Il dit avoir entrepris ce projet afin qu’il puisse tirer ses propres conclusions sans être influencé par les médias, la propagande du gouvernement ou les lobbyistes du nucléaire qui essaient de minimiser les effets de la catastrophe. Podniesinski souhaite transmettre ces informations à un public aussi large que possible.

Il nous livre ici un photoreportage dramatique sur les lieux des dégâts causés par l’accident nucléaire. Voici quelques photos des son voyage :