6 mamans championnes de sport

La vie d’athlète de haut niveau n’est déjà pas toujours facile en soi. Alors en décidant de cumuler les casquettes à la fois de sportives et de mamans, certaines prennent le risque de mettre fin à leur carrière ou de voir les podiums s’éloigner … Mais pour d’autres, donner la vie leur apporta juste ce petit coup de pied aux fesses qu’il leur fallait pour retrouver les sommets. Voici le palmarès de ces mamans en or.

1) Kim Clijsters

Après avoir remporté deux fois les Masters puis un titre de l’US Open, la joueuse de tennis Kim Clijsters décide de mettre fin à sa carrière en 2007 et donne naissance à une petite Jada. Mais l’appel de la raquette étant devenu trop fort, elle se relance à la conquête des courts en 2009 et ne tarde pas à re-marquer son territoire, à la surprise générale. Quelques mois à peine après son retour, elle remporte en effet à nouveau l’US Open en éliminant entre autres les sœurs Williams. Et la tornade belge ne s’arrête pas là : elle remporte ensuite non seulement le tournoi New-Yorkais (2010), mais aussi un autre US Open (2010) et l’Open d’Australie (2011), avant de prendre définitivement sa retraite en 2012 et se consacrer pleinement à sa petite fille.

2) Laure Manaudou

http://photo.voici.fr/laure-manaudou-et-frederick-bousquet-avec-leur-fille-manon-344/laure-manaudou-et-sa-fille-manon-4661

Source image: http://photo.voici.fr/laure-manaudou-et-frederick-bousquet-avec-leur-fille-manon-344/laure-manaudou-et-sa-fille-manon-4661

En 12 ans de carrière, le tsunami Manaudou aura emporté sur son passage 96 médailles (dont le titre de championne olympique sur 400 m en 2004 à Athènes), 7 records du monde, 15 records d’Europe et 78 records de France ! Et pourtant, ça n’a pas toujours été facile de garder son sacre de reine du bassin. Après des résultats décevants aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008, la nageuse préférée des français décide de raccrocher le bonnet de bain et donnera naissance à une petite Manon (fruit de son histoire avec le nageur Frédéric Bousquet). Apaisée par son rôle de mère et mieux dans ses palmes, Laure Manaudou décide de refaire le grand saut en renouant avec les compétitions de haut niveau. Si elle ne retrouvera jamais son plus haut niveau, elle réussira toutefois à décrocher de nouveaux titres de championne de France et à se qualifier pour les Jeux olympiques de Londres (où elle assistera au sacre de son frère Florent sur 50m nage libre). En 2012, la nageuse annoncera à la télé sa décision d’arrêter sa carrière, mais le phénomène Manaudou n’aura pas fini de marquer les esprits, aussi bien sportivement que médiatiquement … Manon peut être fière de sa maman !

3) Laura Flessel

http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/sport/laura-flessel-une-carriere-au-fil-de-l-epee_1114551.html?p=11

Source image: http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/sport/laura-flessel-une-carriere-au-fil-de-l-epee_1114551.html?p=11

Surnommée la « Guêpe », l’escrimeuse Laura Flessel survole sa discipline dès son plus jeune âge, avec notamment à son riche palmarès trois titres de championne du monde et deux titres olympiques. Lorsqu’elle tombe enceinte (juste après sa participation au jeux olympiques de Sydney en 2000) elle ne pensait pas pouvoir un jour retrouver un tel niveau, mais la motivation et l’esprit de compétition de la quittent pas. Elle continuera d’ailleurs à s’entrainer pendant toute la durée de sa grossesse ! Et seulement 4 mois après la naissance de sa fille Leïlou, la voilà de retour au top de sa forme pour décrocher la médaille d’argent aux championnats du monde à Nîmes. Elle enchainera ensuite avec deux médailles (argent et bronze) aux Jeux d’Athènes en 2004, et s’envolera pour les JO de Londres en 2012, après lesquels elle tirera sa révérence. Une belle carrière pour une maman à la pointe de l’épée !

4) Paula Radcliffe

http://www.dailymail.co.uk/sport/othersports/article-1264936/Paula-Radcliffe-missing-London-Marathon-mum-again.html

Source image: http://www.dailymail.co.uk/sport/othersports/article-1264936/Paula-Radcliffe-missing-London-Marathon-mum-again.html

La détentrice du record du monde du marathon et du 10 000 m n’a pas froid aux yeux. Cette athlète britannique aura en effet réussi avec brio le tour de force d’accoucher de deux enfants tout en restant maître de sa discipline ! Lors des 5 premiers mois de sa première grossesse, Paula Radcliffe continuait à courir 75 minutes le matin et 30 à 45 minutes le soir, et c’est seulement au bout de 26h de dur labeur et une fracture du sacrum (un os du bassin) que son premier enfant vit le jour. Mais il en faudrait plus pour freiner la marathonienne ! Moins de 10 mois après son accouchement de la petite Isla, elle créa la sensation en remportant le marathon de New-York (en 2007), ce qui lui vaudra de se voir décerner le prix du « Comeback of the year » en 2008 par le monde du sport. En 2010, elle récidive en donnant naissance à Raphael puis en se classant 3e du marathon de Berlin et en disputant les Jeux Olympiques dans son propre pays en 2012. Elle en profitera alors pour mettre fin à sa carrière et consacrer plus de temps à ses deux petits « boosters de performances ».

 

5) Christine Arron

http://www.ledauphine.com/sport/2012/12/16/christine-arron-enceinte-de-4-mois-met-un-terme-a-sa-carriere

Source image: http://www.ledauphine.com/sport/2012/12/16/christine-arron-enceinte-de-4-mois-met-un-terme-a-sa-carriere

En 1998, l’athlète Christine Arron atteint les sommets de la gloire à grosses foulées en remportant le titre de championne d’Europe d’athlétisme à Budapest et en battant le record d’Europe du 100 m. En 2002, la française donna naissance à un petit Ethan et réussit l’exploit de retrouver la forme à une vitesse record malgré les 25 kg pris pendant la grossesse et une césarienne à l’accouchement. Elle remportera ensuite avec son équipe le relais 4×100 m aux championnats du monde de Saint-Denis en 2003, et deux médailles de bronze aux championnats du monde d’Helsinki en 2005, tout en jonglant entre sa carrière et son rôle de maman.

6) Dara Torres

http://www.courierpress.com/photos/2012/jul/02/116362/

Source image: http://www.courierpress.com/photos/2012/jul/02/116362/

Détentrice d’un record du monde à 15 ans, championne olympique à 17, Dara Torres a su s’affirmer très tôt comme une des meilleures nageuses mondiales. Sa carrière précoce fut ensuite ponctuée d’exploits, de retraites, puis de retours fulgurants qui lui ont permis de remporter 12 médailles au total, dont 4 en or. Trois mois après la naissance de sa fille Tessa Grace en 2006, sa soif de victoire la pousse à retourner dans le grand bain, et en 2007 (et à l’âge de 40 ans !) elle remporte le championnat des Etats-Unis sur 100 m nage libre. Un an après, elle décrochera 3 médailles d’argent aux JO de Pékin. Un grand splash dans le monde du sport, et un bel exemple pour sa progéniture !

Ces sportives de haut niveau sont l’exemple même qu’il est tout à fait possible de concilier vie de championne internationale et celle de maman, non sans de gros efforts et sacrifices. En fait, on pourrait même considérer qu’avoir un enfant agirait comme un véritable dopage naturel pour certaines ! Une maman sur le podium, ça en jette quand même.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.