5 anciennes tendances beauté aussi étonnantes que dangereuses

Depuis l’aube des temps, les femmes ont toujours voulu être belles. Pour cela, elles ont dû se plier aux diktats de la beauté de leur époque, n’hésitant pas à s’infliger un bon nombre de souffrances.

Aujourd’hui nous vous ferons découvrir des pratiques très étonnantes et très dangereuses auxquelles les femmes avaient recours pour s’embellir.

Voici donc 5 tendances beauté douloureuses que les femmes ont dû endurer au fil de l’Histoire. L’expression « il faut souffrir pour être belle » n’avait jamais eu autant de sens.

Les gouttes de Belladone

5 anciennes tendances beauté aussi étonnantes que dangereuses 6
Source : http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/847/reader/reader.html#!preferred/0/package/847/pub/848/page/5

Belladonne, appelée également la cerise du diable, est une plante très toxique qui était utilisée durant le moyen âge dans les pratiques de sorcellerie. En Italie, les femmes utilisaient cette plante pour dilater leurs pupilles et pour avoir des yeux sombres et profonds, un signe d’innocence et de pureté. D’ailleurs, cette plante tient son nom de cette pratique, “Bella donna” signifiant « belle femme » en italien.
Cette astuce de beauté avait bien évidemment des effets secondaires sur les femmes., puisque beaucoup de ces dernières ont étaient victimes de strabisme, de palpitations cardiaques et devenues incapables de se concentrer sur des objets.

Le goudron

5 anciennes tendances beauté aussi étonnantes que dangereuses 7
Source : http://www.chronicallyvintage.com/2016/08/answering-40-random-beauty-questions-tag.html

Durant les années 1930, nombreuses marques de cosmétiques utilisaient du charbon et du goudron afin d’intensifier la teinte des cils et allonger ces derniers. Malheureusement, ces produits de beauté à base de goudron n’étaient pas sans danger. Parmi ces produits, on retrouve Lash Lure, ce dernier avait rendu l’une de ses utilisatrices complètement aveugle.

Les soins à l’opium

5 anciennes tendances beauté aussi étonnantes que dangereuses 8
Source : http://www.parismatch.com/Royal-Blog/Royaume-Uni/Elizabeth-II-le-regne-record-La-reine-Victoria-un-regne-precoce-qui-s-est-etire-sur-plus-de-60-ans-824823

Durant l’ère victorienne, le corps de la femme était perçu comme un temple abritant une âme pure et innocente, qui ne doit pas être “souillé” par des artifices comme le maquillage. Ainsi, le port du maquillage était strictement interdit pour toutes les femmes, à l’exception des comédiennes. Toute femme surprise portant du fard ou un rouge à lèvre était tout de suite traitée comme une femme de petite vertu.
Pour entretenir leur peau, les femmes avaient donc recours à des produits qui étaient extrêmement dangereux, comme la poudre du radium, l’ammoniac ou l’opium qu’elles utilisaient pour blanchir leur peau. Utilisés à long termes, ces produits toxiques vieillissent énormément les cellules de la peau et endommagent les organes.

Le corset

5 anciennes tendances beauté aussi étonnantes que dangereuses 9
Source : http://www.cameline.org/article-le-corset-a-la-belle-epoque-3eme-partie-evolution-du-corset-108273163.html

Le corset est un sous-vêtement féminin qui est apparu pour la première fois dans la cours espagnole durant la Renaissance. Un sous-vêtement qui avait pour rôle d’affiner la taille et de rehausser la poitrine. Pour remodeler leur corps, les femmes de cette époque n’hésitaient pas à s’infliger ce supplice. En effet, cet accessoire de mode qui était très prisé des femmes jusqu’au 20 siècle, comprimait les organes de ces dernières qui n’arrivaient même pas à respirer, atrophiait leurs muscles et déplaçait leurs côtes.
Malheureusement, le corset a fait sa réapparition ces dernières années avec certaines stars qui en vantent les mérites.

Le fard au plomb

5 anciennes tendances beauté aussi étonnantes que dangereuses 10
Source : http://www.ztele.com/galeries-de-photos/cate-blanchett-1.1339017

Voulant ressembler à la reine Elisabeth 1ere d’Angleterre, les femmes de l’époque avaient tendance à appliquer la même recette beauté qu’elle. En effet, pour avoir une peau pâle et se débarrasser des traces de la variole, elles utilisaient un fard blanc à base de carbonate de plomb et de vinaigre. Cette pratique avait parfois des effets secondaires redoutables comme la paralysie et la défaillance des organes.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.