4 techniques anti-larmes pour couper un oignon

1 de 6

Les oignons, vous les adorez frits, caramélisés, en soupe ou en salade … mais avant de parfumer votre bouche d’une odeur qui se sent à des kilomètres, encore faut-il les affronter en tête à tête sur la planche à découper. Et le proverbe à bien raison : il ne faut pas se fier aux apparences ! Ce petit oignon de rien du tout fini toujours par vous faire pleurer toutes les larmes de votre corps (ou presque). Ce phénomène très embêtant s’explique par le fait que lorsque vous entaillez un oignon, celui-ci libère une enzyme (appelée allinase) qui agit un peu comme un mini gaz lacrymogène.Rien à faire ? C’est sans compter sur les nombreuses astuces de grands-mères, de chefs cuisiniers ou de membres de la confrérie des « anti-oignons-qui-font-pleurer » (totalement inventé, on précise) ! En voici quelques-unes.

2 de 6

1) Protéger les yeux

Vous en avez plus que marre de pleurer comme une madeleine à chaque fois que vous préparez un oignon ? Enfilez des lunettes ! Pour le style, on vous laisse choisir : masque de ski, lunettes de soleil, lunettes de piscine, masque de plongée … autant d’accessoires pour effrayer sa famille et ses amis et vous ridiculiser par la même occasion. Mais qu’importe : l’essentiel, c’est de ne pas craquer ! Pour les personnes qui portent des lentilles, sachez que la cornée étant protégée, les enzymes de l’oignon ne devraient pas non plus avoir gain de cause.

3 de 6

2) Neutraliser l’effet irritant

Le froid aurait pour vertu (Ô combien bienvenue !) de bloquer en quelque sorte l’effet indésirable des enzymes dégagées par l’oignon. Passez donc l’oignon, le couteau et la planche à découper sous l’eau froide avant de commencer, ou coupez directement vos oignons sous un filet d’eau pour plus d’efficacité. Pas très confortable et écologique (beaucoup d’eau utilisé pour un seul petit oignon), cette solution est déconseillée aux plus maladroit(e)s d’entre vous, au risque de trouver des bouts de doigt dans vos plats (pas très appétissant et très douloureux …) ! Essayez plutôt de laisser vos oignons au congélateur pendant une quinzaine de minutes (pas plus) avant de commencer à les éplucher. Fini les gros chagrins !

4 de 6

3) Détourner les enzymes

Il semblerait que tenir une cuillère ou une allumette (le bout rouge à l’extérieur de la bouche) entre les dents pendant l’épluchage des oignons serait efficace pour limiter les dégâts lacrymaux. En allumant une bougie près de la planche à découper, le gaz produit par l’oignon serait aussi plus attiré par la flamme que par vos petites mirettes. Ces astuces, plus ou moins efficaces, auront au moins le mérite de faire sourire quiconque entrera dans la cuisine pendant cette délicate opération !

5 de 6

4) Un couteau aiguisé

Une autre technique pour protéger vos yeux : utiliser un couteau bien aiguisé, de préférence sans dents. Le but est de découper de façon plus nette plutôt que d’arracher et déchirer l’oignon dans tous les sens (ce qui a pour effet de libèrer plus d’enzymes irritantes). Aiguisez donc bien votre arme avant de trancher le pauvre oignon en deux puis de l’entailler par coupes perpendiculaires à ses lignes naturelles. Coupez le ensuite verticalement pour obtenir des petits dés. Résultat : cuisinier(e) vainqueur par K.O. Il ne reste plus qu’à le faire frétiller dans la marmite !

 

Si, avec toutes ces astuces, vous restez inconsolable, deux solutions s’imposent : déléguer cette difficile épreuve à quelqu’un d’autre, ou se rabattre sur les oignons surgelés …

6 de 6

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Toute l'actuRouge Framboise, directement dans votre boîte mail

Merci pour votre inscription!

Quelque chose n’allait pas.